Thierry Crouzet a débranché 6 mois, j’ai testé… une petite semaine seulement

A l’heure où Thierry Crouzet nous invite à son événement via Facebook « J’ai débranché », probablement pour immortaliser la sortie de son livre du même nom, cela fait près d’une  semaine que je me suis pour ainsi dire déconnectée des réseaux sociaux.

Importance de la vie réelle, importance de se ressourcer, surcharge de production peu importe la motivation. J’ai testé une fois de plus un accès limité ou contrôlé aux réseaux sociaux.

Thierry Crouzet s’est totalement déconnecté, même d’internet. Il raconte son sevrage dans son nouveau livre. Apparemment, selon lui (pour en savoir plus, il faudrait lire son livre, que je vais commander tout soudain) pas de demi-mesures. Si tu veux récupérer un semblant de vie « normale ». Il faut tout couper. Pour avoir brièvement échangé avec lui avant un First Rezonance cet automne, il semblerait qu’il n’ait pas envie d’y revenir… Toujours est-il qu’il a utilisé l’application événement de Facebook pour transmettre son invitation. Opération marketing ? Dépendance en voie de guérison ? C’est égal, ce n’est pas facile de passer à côté des réseaux de nos jours…

Quand comme moi,  les réseaux sociaux sont vos outils de travail, vous vous devez de montrer l’exemple. J’entends par là, que nous les over-connectés ou les accros-des-réseaux, nous devons aussi être à même d’expliquer à nos clients, partenaires, entourages les bénéfices et les conséquences d’un excès ou, a contrario, d’une non-présence en ligne. C’est important de savoir gérer cet accès, ne serait-ce que pour votre vie privée, la réelle je veux dire. Est-ce que votre entourage proche comprend ce besoin d’être relié en permanence de peur de rater quelque chose ?

Et pour cela, quoi de plus normal de tester l’excès et à l’inverse la déconnexion. Alors voilà, je vous livre les bénéfices de ma semaine :

Plus de temps réel et de qualité avec ma famille sur l’ensemble du week-end

  • Un cours de horse coaching chez Quirao samedi.
  • Des rencontres et des échanges très intéressants à la Swiss Community Managers Association mardi lors de la fondue.
  • Du temps pour mon fils et moi mercredi.
  • Une conférence à la CVCI avec mon papa et des rencontres.
  • Des soirées sur le canapé à côté de mon mari (sans ordinateur sur les genoux).
  • Et globalement, dans ce temps de ressources, un recentrage pour mes activités à venir de 2012.

Au niveau des conséquences potentielles :

  • Moins de veille, sentiment d’être passée à côté de quelque chose d’essentiel.
  • Pas d’infographies repérées (hormis celles transmises par @davidlaboure et @smca) pour mon article de la semaine.
  • Pas d’article sur mon blog, donc diminution du trafic et de ma visibilité.
  • Un lecteur de flux RSS qui déborde.

Ma conclusion :

Pour durer… c’est-à-dire maintenir mon équilibre personnel (p.ex. aller au Yoga), ma vie de famille, ma vie professionnelle IRL, mes liens forts, entretenir mon réseau et mon implication dans différentes associations, je dois m’organiser !

Ce qui signifie, définir des moments de veille, définir des temps de publication pour les articles blogs, définir les moments auxquels je dois les publier, les diffuser, définir des moments pour être présent en ligne, définir des moments pour travailler hors ligne, définir des moments pour travailler en ligne pour mes clients, etc…

Bref, au même titre que je lis mes e-mails environ 3 fois par jour sur mon laptop, je dois planifier ma présence en ligne et surtout m’y tenir !

Je serai curieuse d’aller écouter Thierry Crouzet raconter son expérience, en attendant, je vais commander son bouquin.

Et vous, avez-vous déjà déconnecté ? Avez-vous été forcé de le faire ? L’avez-vous fait volontairement ? Devez-vous vous faire violence pour vous déconnecter ?

4 réponses à “Thierry Crouzet a débranché 6 mois, j’ai testé… une petite semaine seulement

  1. >> Et vous, avez-vous déjà déconnecté ?
    Oui plusieurs mois d’affilé en 2008. Et plus récemment ce mois, 3 semaines. où j’avais un accès très limité et je m’étais interdit de me connecter à mes comptes e-mails (hormis 1 créé pour l’occasion communiqué à très peu de personnes) et réseaux sociaux.

    Avez-vous été forcé de le faire ? L’avez-vous fait volontairement ?
    En 2008 oui, je n’ai pas eu le choix. Ce mois, j’aurais pu aller squatter un cybercafé pour me connecter si je le voulais… donc c’était par volonté.

    Devez-vous vous faire violence pour vous déconnecter ?
    Pour ma part, j’essaie d’évaluer les bienfaits et méfaits d’une déconnexion partielle ou totale en relation avec sa durée et les autres moyens de communications à disposition. Sur le moment j’ai besoin d’avoir suffisamment de volonté pour réussir à « décrocher temporairement ».

    Concernant les conséquences:
    – Trois semaines sans accès aux informations qui se passent dans mon domaine d’activité… c’est long…. très long…. trop long ! A mon retour j’ai demandé à plusieurs personnes ce que j’avais « loupé ». Je n’ai obtenu que peu d’informations, et par la suite j’ai constaté plusieurs oublis, évènements importants non mentionnés…. par ces personnes. Donc encore aujourd’hui j’ai de la peine à savoir si j’ai « réussi » à avoir pris connaissance des évènements importants passés durant ma déconnexion. C’est l’un des côtés négatifs. Du côté de mes blogs, et réseaux sociaux, je ne communique pas très souvent, donc cela n’a pas eu je pense un très grand impact.

    – A ma première reconnexion à mes différents e-mails non professionnels, j’avais plus de 1’000 mails reçus. Dont environ 60-70% de spams/pourriels ou de notifications provenant des réseaux sociaux peu intéressantes voire parfois redondantes.

    – Comme bienfaits j’ai pu prendre du recul, réfléchir beaucoup sur ma vie actuelle et sur mes objectifs à court, moyen, long termes. J’ai également pu prendre conscience de certains de mes comportements, qui ne sont pas toujours très « positifs » sur le long terme. Et donc, j’ai maintenant la possibilité de graduellement les modifier. J’ai pris du temps pour lire et pour discuter avec les gens autour de moi ! J’ai fait quelques sympathiques nouvelles connaissances.

    Petit aparté :
    – J’ai noté quelques petites phrases lues, entendues par ci par là :
    — Trop d’informations tue l’information
    — Il y a deux moyens principaux et opposés pour rendre la tâche difficile à autrui pour deviner vos intentions/objectifs. Noyer les informations importantes au milieu d’autres informations sans importance (un dérivé de la notion de stéganographie), ou au contraire ne pas révéler les informations, les mettre sous clef, les cacher (donc faire un usage accru de la notion de « confidentialité/sécurité des données »).
    — La patience est la mère de toutes les vertus.

    • Bonjour Stéphane,
      Merci pour ce commentaire très riche. Et surtout pour l’aparté ! Effectivement… il paraît aussi que « l’information c’est le pouvoir », donc on comprend bien que vous n’avez pas eu toutes les informations à votre retour… De plus, ce qui est important pour vous, ne l’est pas nécessairement pour autrui,… difficile de savoir ce qu’on a réellement manqué. Au plaisir de vous relire ! Valérie

  2. Oui moi aussi j’ai débranché qqes jours; catastrophe à bord, j’ai raté plein d’information importantes, voir meme fiscale..bref au final tu perd ton pognon , presque ton job parce qu’a gentiment raté les informations quand à evoluer vers un autre job, meme pas en reve. Super de tenter de vivre chez les Bisounours sans Web!

  3. Bonjour,
    Je suis journaliste. Je fais un article autour du livre de Thierry Crouzet.
    Stéphane, votre témoignage m’intéresse, si vous êtes d’accord.
    Merci de me contacter sur sgandillot@hotmail.com

    Merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s